lundi 26 octobre 2015

Valparaiso, ville haute en couleurs

Hola todos !

Après 24h de bus non stop (oui oui !), nous voici au bord du Pacifique à Valparaiso, ou "Valpo" pour les intimes. Fini les hautes altitudes, fini la poussière, place maintenant à l'air marin, à la verdure et à des paysages moins hostiles. La météo est changeante, tantôt grand soleil, tantôt nuages et pluie fine, et il fait plutôt doux, ce qui correspond globalement à un temps français au printemps. 





La ville de Valparaiso est située à deux pas de la capitale Santiago, sur le littoral Pacifique, et est donc de fait le principal port de marchandises du pays, et également une base navale militaire importante. Seconde ville du pays en nombre d'habitants, Valparaiso abrite les meilleures universités chiliennes, ce qui en fait une ville particulièrement dynamique et jeune. L'ambiance y est agréable dans les quartiers les plus soignés. Mais comme dans toute grande ville, d'autres quartiers sont plus vétustes et bien moins accueillants.









La ville est construite sur une multitude de collines (les cerros) bien raides imbriquées les unes dans les autres. De très vieux funiculaires permettent de gravir rapidement les quelques mètres de dénivelé qui donnent accès aux quartiers surplombant la côte. Ce sont de simples chariots sur des rails, tirés par un câble avec un système de contre balancier. Simples et efficaces, ils perpétuent un franc succès auprès des locaux et des visiteurs.





Certains quartiers ont été reconnus par le patrimoine mondial de l'UNESCO pour leur architecture singulière. C'est le cas par exemple du cerro Conception, quartier dans lequel nous logeons. La plupart des habitations, entassées les unes sur les autres, sont faites de bois et d'adobe (briques artisanales d'argile) et sont recouvertes de tôles ondulées. Les tôles ont été rajoutées pour isoler les maisons de l'humidité. Dit comme ça, ça peut faire un peu bidonville... Mais pour égayer le tout et éviter que la rouille ne prenne le dessus, ces tôles ont été peintes de couleurs vives, ce qui rend la ville beaucoup plus agréable. Les quartiers pittoresques sont même très charmants. 


   Cette maison délabrée révèle sa structure : bois et adobe recouverts de tôle




Il n'y a pas de gros centre historique à explorer, de musées ou autres monuments à visiter. Mais il y a tout un tas de ruelles à parcourir, d'escalier à dévaller, de passages à découvrir, de vues panoramiques à admirer ou encore de place où se poser... Nous déambulons tranquillement au hasard, en dénichant toujours des petits coins sympas. L'ambiance est agréable.










Mais Valpo c'est aussi et surtout la ville du street art par excellence. Les murs de béton et les grandes façades sont le terrain de jeu favori des grapheurs. De véritables œuvres d'art ont fleuri ici et là, égayant les quartiers et les ruelles étroites autrefois glauques, construisant ainsi une réputation colorée et de qualité à la ville. Cousin Frédo, cette ville n'attend que toi ! ;-)

Certains tags, "illégaux" et un peu banals viennent s'immiscer dans les recoins, mais globalement ils ne sont pas les bienvenus. La plupart des œuvres sont signées d'artistes réputés en la matière. Ça sent clairement le professionnalisme et il y a du niveau ! En voici quelques échantillons.









Au niveau architectural, on retrouve une influence européenne : les fenêtres guillotines bien typiques des pavillons anglais, les églises de style allemand, certains monuments à influence française.






Nous posons nos sacs dans une auberge qui ressemble plutôt à un grand appartement type colocation. Et 90% du temps nous l'occupons seuls. Ce n'est pas la période la plus propice au tourisme actuellement au Chili. On en profite donc pour envahir la cuisine. D'ailleurs ici c'est le printemps et les étalages dans la rue nous le rappellent bien : fraises, asperges, artichauts... Alors on se fait plaisir et on se cuisine de bonnes petites choses, à commencer par des crêpes ! Très basiques nous direz-vous, mais ça fait tellement de bien !


C'est aussi l'occasion de faire une cure de rugby (surtout pour Vincent !) pour les 1/4 de finale de la coupe du monde. Installés dans un bar, nous retrouvons ainsi les Français du coin pour le match contre les Blacks. Malgré la grosse tôlée pour les Bleus, l'ambiance est bien sympathique.
Enfin, nous dégotons une agréable petite plage à deux pas du centre ville et profitons du bord de mer. Certes, ça ne vaut pas la Calédonie, mais cet air marin est bien appréciable après ces derniers temps en altitude...



La bise graphée !



Aucun commentaire:

Publier un commentaire