samedi 31 octobre 2015

Puerto Varas et son resplendissant volcan Osorno

Hola amigos !

Nous prolongeons encore un peu le plaisir dans la région des volcans, car une belle journée est annoncée. 


Pour le moment nous sommes plutôt vernis côté météo, c'est vraiment agréable, mais ces belles journées ensoleillées ne vont peut être pas durer alors on en profite avant que le temps ne se gâte. Ne nous voilons pas la face, la Patagonie a la réputation d'être une des régions du globe où le climat est le plus hostile : du froid, beaucoup de vent et énormément de pluie ou de neige... Et ce dans des proportions "patagoniennes", cet adjectif étant censé supplanter tout ce qu'on peut trouver ailleurs... Tout ce qu'on lit et entend sur le sujet semble converger et confirmer cette réalité dantesque. On s'attend donc à essuyer quelques belles rincées au fur et à mesure que nous descendrons dans le grand sud patagon. 

Nous profitons d'une magnifique journée dans les alentours de Puerto Varas, à deux pas de Puerto Montt, au bord du grand lac Llanquihue. Avec son petit centre ville agréable, ses jolies boutiques, ses bords du lacs charmants et le volcan Osorno au fond, Puerto Varas est une destination très agréable, sans doute prisée en pleine saison. 
Ici, nous sommes au sud de la région des volcans. À partir de Puerto Montt en direction du sud, la côte chilienne se morcelle en milliers d'îles, et devient une successions de zones très isolées, c'est donc l'entrée de la Patagonie ! Mais pour ça vous devrez patienter, nous en parlerons plus en détails au cours de nos prochains articles parce que c'est précisément dans ces zones patagonnes reculées et difficiles d'accès que nous allons passer le plus clair de notre temps pour les trois prochaines semaines. Affaire à suivre donc...

Nous prenons un petit bus au départ de Puerto Varas de bonne heure le matin pour le lac Petrohue au pied du volcan Osorno. Après une heure de route au bord du grand lac Llanquihue, nous pénétrons dans une forêt sur une piste de cendres volcaniques et longeons une belle rivière turquoise qui coule fort. Ça doit être plein de truites là-dedans ! Nous arrivons sur les bords du lac Petrohue, un lac d'un bleu turquoise déconcertant, qui contraste avec les montagnes qui l'entourent. L'endroit est très sauvage, seule cette piste permet d'y parvenir. Nous n’apercevons que quelques rares cabanes ici et là sur la rive. On sent qu'on entre dans des contrées bien reculées au-delà...








Beaucoup de vent ce matin au bord du lac, les vagues ne sont pas négligeables et les rares petites embarcations font du surplace contre le vent...
Les montagnes sont recouvertes de forêts bien denses sur leurs flancs. Plusieurs volcans sont visibles tout autour de nous à commencer par le majestueux Osorno couvert de neige qui se dresse juste là, à deux pas. Un gros glacier bombé coiffe son sommet tout arrondi, on distingue clairement des séracs et quelques belles crevasses, il paraît immense, il ne culmine pourtant qu'à 2652m, ce qui change des hautes altitudes dont nous vous avons tant parlé.



On part marcher la journée sur les pentes de l'Osorno via un sentier conseillé par la Conaf (ONF locale). On vous avait dit que la poussière et le sable seraient terminés après San Pedro de Atacama, certes, mais c'était sans compter sur les cendres volcaniques... Marcher dans cette sorte de sable-gravier, ça compte double tellement on patauge dans la semoule. Au moins le plaisir d'admirer la beauté des lieux est prolongé, mais on en a plein les chaussettes, au sens propre comme au figuré ! 





Le panorama est tellement somptueux qu'on oublie vite tout ça. On monte jusqu'à un mirador sur les pentes de l'Osorno d'où la vue sur le lac est somptueuse, les autres volcans au loin sont magnifiques. Surtout celui-ci qui semble terriblement vertical à son sommet, ressemblant à une grosse meringue qui aurait figé...









Le soleil brille de toutes ses forces, mais le vent nous fait garder la doudoune au mirador... A l'abri du vent dans la forêt, par contre, il fait bon. On traverse plusieurs coulées, témoins d'éruptions passées, où aucun végétal ne pousse, seules des strates de cendres ou des rochers noirs se sont empilés. Impressionnant quand même !
Nous profitons des bords du lacs en fin d'après-midi. Vraiment, cet endroit nous aura beaucoup séduits sous ce grand ciel bleu ! Les couleurs semblent encore plus nettes que le matin, on en prend plein les yeux.








Nous rentrons à Puerto Varas et profitons en fin de journée de son petit centre dynamique. On craque sur une belle tarte au citron, à force d'en voir dans les vitrines on ne résiste plus !







La bise turquoise !





Aucun commentaire:

Publier un commentaire