lundi 19 octobre 2015

Majestueux Salar d'Uyuni et volcan Tunupa

Hola los amigos !

Les deux derniers jours de notre périple se déroulent autour du fameux Salar d'Uyuni. 



Le 4ème jour du tour, le réveil sonne tôt. Départ à 5h sous un magnifique ciel étoilé, direction l'île Incawasi en plein milieu du salar pour le lever du soleil. Nous roulons sur cette immensité salée toute plate. Il n'y a aucun obstacle, le salar semble s'étendre à perte de vue dans toutes les directions. Le ciel noir laisse peu à peu la place au jour, le soleil se rapproche petit à petit de l'horizon. Nous arrivons au pied de l'île et montons rapidement à pied au sommet à travers les cactus géants. Il ne fait pas chaud, on se pose sur un rocher pour admirer le soleil sortir de l'horizon et venir illuminer l'immense salar tout autour de nous. Un moment magique.






   Volcan Tunupa au fond à gauche



Nous prenons ensuite un petit déjeuner "5 étoiles" sur le salar au soleil, tous ensembles, c'est le top ! Maria, pleine d'attentions, nous a même cuisiné un gâteau maison... Nous faisons ici nos au revoir à l'équipe du second 4x4. Eux rentrent aujourd'hui sur Uyuni. Et nous, nous allons pleinement profiter de notre journée bonus...



La journée est déjà bien entamée, nous filons tout au nord du salar au pied du volcan Tunupa (5321m) dont nous avons prévu de faire l'ascension ce jour. Nous laissons les affaires dans l'auberge qui nous accueillera pour la nuit à Coquesa. Ovid nous trouve un guide apparemment obligatoire : Mario, 60 ans, et des centaines d'ascensions au compteur... C'est parti ! 
Petit malentendu au départ... Nous avions compris que le 4x4 nous monterait à 4900m (pas très loin du sommet), mais nous sommes forcés de constater que l'altimètre au départ n'affiche que 3900m... Aïe, ce n'est pas la même du coup... Certains paniquent un peu, ce qui est normal. Mais nous, nous n'avons qu'une envie : marcher, monter, et se rapprocher de ce volcan si coloré parce qu'il est déjà presque 10h ! 
Nous commençons par visiter une grotte abritant des momies datant de 700 ans après JC. Elles sont incroyablement bien conservées. Autour d'elles ont été placés divers ustensiles qui étaient censés les accompagner dans leur nouvelle vie. Ce ne sont pas les premières momies que nous voyons depuis notre arrivée en Amérique du Sud, mais il faut avouer que celles-ci ne nous laissent pas indifférents.



Puis, Mario nous teste un peu physiquement. Nous ne décrochons pas d'une semelle, ni l'un ni l'autre. La vue sur le salar est déjà sublime.





Le reste de l'équipe avance moins vite, il faut se séparer si nous voulons avoir le temps de monter au sommet. Mario nous indique clairement le chemin et nous laisse partir seuls, tous les deux. Nous le remercions de prendre soin du reste du groupe. Au final chacun y trouve son compte en avançant à son rythme. 



Le sentier est superbe, la météo tout aussi exceptionnelle, on marche vite pour arriver à temps au sommet. On prend rapidement de la hauteur à travers la timide végétation, le salar est maintenant bien en-dessous de nous, on a l'impression de dominer une mer de nuages blancs, avec quelques îles ici et là. Les pentes du volcan sont couvertes de pierres colorées à partir de 4500m, avec une belle dominante de couleurs chaudes. On monte dans ce pierrier jusqu'à 4900m et on débouche sur l'immense cratère. C'est magnifique !!!







    Cratère et son beau dégradé coloré...


On a la grosse patate tous les deux, à croire qu'on avait besoin de se défouler après ces trois jours de 4x4 ! On continue en suivant le fil de la crête, le terrain devient particulièrement instable, on pose les mains par endroit, ça ressemblerait presque à quelques pas d'escalade facile. On reste vigilants, la crête n'est pas très large, il faut faire attention de ne pas faire de faux pas. 



Le sommet approche, on file tout au bout de la dernière arête et ça y est, on est en haut !!! 5150m !
Bon, il s'agit en fait d'une sorte de mirador au bord du cratère. Le sommet est, semble-t-il, inaccessible car trop dangereux (trop instable). Mais l'itinéraire jusqu'ici était juste extraordinaire. La vue est incroyable du début jusqu'à la fin, et nous terminons en apothéose, tous les deux "en haut" : le bonheur absolu !







Pendant 45 minutes, nous dévorons le panorama des yeux : le Salar d'Uyuni immense côté sud, le cratère juste là sous nos pieds, et un autre salar au nord. On voit même le Sajama et le Parinacota qui se dressent tout au fond !!! Vous vous souvenez, c'est ce dernier que nous avions gravi il y a 15 jours !





La descente est relativement rapide. On retrouve Vianney à 5000m ! Il nous aura impressionnés à monter jusqu'ici, surtout pour un néophyte de la randonnée, en altitude qui plus est ! Bravo ! ;-) il est malheureusement trop tard pour continuer à monter... Nous redescendons tranquillement tous les trois. Et on retrouve Adeline et Emilie à l'auberge à Coquesa, très heureuses aussi de cette belle journée.










Le soleil tombe petit à petit, nous allons tous profiter de la fin de journée depuis le salar qui est à deux pas de l'auberge. Nous marchons sur cette immensité de sel, nous sommes comme des gamins face à ce cadre grandiose. La lumière est magnifique, les silhouettes des montagnes se découpent à l'horizon, le tout avec un vent à dépoiler un lama ! Chacun prend une direction, un horizon vierge, les sensations de liberté et de bonheur ressenties sont indescriptibles. Si ça ce n'est pas une journée parfaite !









Après une bonne nuit réparatrice, le dernier jour consiste à rallier la ville d'Uyuni en traversant le salar. C'est simple, on a juste à profiter de ce désert de sel immense. Ce salar est aussi la plus grande réserve de lithium au monde, et est de fait, l'objet de convoitises de multinationales. Protégée par le gouvernement bolivien, l'exploitation du salar pour ce précieux minerai aurait toutefois commencé en 2013.


   Top départ avec une magnifique vue sur le Tunupa en prime...


Le décors est irréel : du sel à perte de vue, des formes pentagonales voire hexagonales au sol, une luminosité particulièrement violente, et des mirages qui nous font croire que les montagnes au loin flottent sur cet horizon salé.




   Cristaux de sel trouvés en profondeur, sous la couche dure et plane sur laquelle on roule

On en perd complètement la notion de perspective. C'est donc l'occasion de faire des photos rigolotes! On se prend au jeu pendant un bon moment, voici un échantillon de notre créativité du moment.









    Maria nous gobe tous tout crus!

    Une bonne pub pour Salomon!


Il est temps de quitter ce monde incroyable, nous en avons sacrément bien profité. Nous arrivons à Uyuni en début d'après-midi, ville sans grand intérêt. C'est une ville de passage dans laquelle les gens arrivent ou partent pour les tours dans le salar. Nous réservons un bus pour le Chili pour le lendemain matin. Et c'est opération lessive pour oublier la poussière de ces derniers jours...

La Bolivie nous aura gâtés. Ce fut un feu d'artifice de couleurs tout du long, avec comme bouquet final le salar. On espère avoir réussi à vous faire partager notre émerveillement !

La bise... salée !






9 commentaires:

  1. Hahaha j'ai éclaté de rire quand j'ai vu la photo avec la chaussure Salomon !! :-D J'ai même du mal à m'en remettre!!
    Bon sinon c'est superbe, rien à dire!! J'adore le "on a la grosse patate", quand Vincent dit ça, en général derrière ça envoie du lourd!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet ça envoyait du lourd! Jamais je n'avais été si en forme! Bisous Céline

      Supprimer
  2. Top dégaine la photo Salomon, et le petit dej de Maria aussi! Vous avez bien géré les perspectives! Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s'est bien éclaté au cours de cette séance photo oui! Mais il y a eu aussi quelques ratés :-/ bis Céline

      Supprimer
  3. Amelie & Ludo19 novembre 2015 à 22:25

    Ça nous rappelle de bons souvenirs ! Merci à toi de nous avoir parlé de ce volcan, c'était magnifique !

    RépondreSupprimer