mercredi 21 octobre 2015

Bilan de la Bolivie

Hola chicos y chicas !

Déjà trois grosses semaines que nous sillonnons la Bolivie, et il est l'heure d'en dresser le désormais traditionnel bilan.


La Bolivie est un pays vraiment agréable où il fait bon voyager, le seul piège est d'y rester "trop" longtemps tant les possibilités sont nombreuses. Nous avons dû faire des choix et renoncer à bien des choses, certes, mais notre éternel positivisme vous dira qu'on ne regrette absolument pas nos choix tant nous nous sommes régalés. Même en visitant ce pays pour la deuxième fois, Vincent a été surpris et émerveillé dans les endroits revisités. Le charme est resté intact. Cependant nous avons découvert une majorité de coins "nouveaux" pour lui, ce qui confirme le potentiel important de ce pays.

Sans hésiter, ce que nous retiendrons en tout premier de la Bolivie, ce sont ses paysages à couper le souffle. Nous commençons pourtant à en avoir vu des paquets depuis le début du voyage et au court de nos escapades précédentes, mais ici la barre est haute, très haute. Personne ne peut rester de marbre, tant les couleurs sont incroyables, les parcs étendus... On ne sait souvent plus où donner de la tête. Le mot "immensité" prend un sens particulier, on se dit que ça ne peut être plus grand nulle part ailleurs.

Voici un bref rappel des articles précédents, mais on a déjà plaisir à se les remémorer. D'abord le lac Titicaca et son rivage paisible et agréable. Puis le parc Sajama avec ses volcans aux sommets enneigés et ses plaines de pampa d'altitude abritant des centaines de lamas ou autres alpagas. Mais aussi les collines colorées aux alentours de Sucre, les canyons rouges de Tupiza, et bien sûr l'incontournable Sud Lipez avec le Salar d'Uyuni en apothéose. La Paz et Sucre sont deux villes très différentes mais néanmoins fascinantes toutes les deux à leur façon.
La liste des "immanquables" de la Bolivie est encore longue, on aurait pu rajouter la cordillère Real au nord et ses hauts sommets, Cochabamba et le parc Torotoro, Santa Cruz et l'Oriente, Tajira et la région des vins... La partie amazonienne nous aura aussi tentés un instant, puisqu'elle représente tout de même une bonne moitié de la superficie du pays, et parce que la jungle est vraiment un monde à part. Mais par peur des moustiques et des maladies potentiellement associées, la voix de la sagesse nous aura convaincus de faire l'impasse pour mettre toutes les chances de notre côté pour continuer le voyage en forme. Car la route est encore longue...

Au-delà de ces paysages fantastiques, le tableau bolivien serait vide sans les Boliviennes avec leur petit chapeau melon et leur baluchon de couleurs vives sur le dos! Le petit chapeau est vraiment posé sur leur tête, donc plutôt instable, et il est peu efficace en terme de protection solaire, mais c'est LE style local. Il y a des choses comme ça qui ne s'expliquent pas... Avec leurs longues tresses noires jusqu'aux fesses et leurs longues jupes, enfin plus exactement leurs empilements de jupons et jupes (froid oblige), aucun doute, les Boliviennes sont uniques ! 
Le dernier détail est ce carré de tissu de couleurs très vives, bien caractéristique du pays, que chacune porte. Il sert à transporter absolument tout sur le dos : bébé, courses, plantes, bois... Dans les bus, tout est empaqueté dans ces tissus. Efficace ! Il faut avoir un peu l’œil pour distinguer les bébés dedans, car leur petite tête ne dépasse pas toujours, alors à défaut de savoir, mieux vaut toujours être prudents !

Côté culinaire, la Bolivie se concentre sur les valeurs sûres : du chaud et du calorique, rien de très fin à vrai dire. Des soupes de légumes à tous les repas, et du poulet, du poulet, du poulet ! Frit ou rôti, difficile de passer outre. On n'a pourtant jamais dépassé le stade de l'overdose, on a toujours apprécié ces choses simples. Et l'accompagnement nous demanderez-vous ? Et bien patates, ou frites, ou pâtes, ou riz, ou tout ça à la fois ! Oui oui, ici c'est féculents avec féculents... On avait besoin de se remplumer, alors on a fait le plein.
Un exemple de plat typique est le piquemacho : saucisse, viande rouge, œuf, poivrons et frites, avec moutarde, ketchup et mayo. Avec ça si on n'y trouve pas son compte... Sinon les saltenas comblent toujours un petit creux: sortes de chaussons chauds (semblables aux empanadas) souvent cuits au four au poulet ou à la viande avec des légumes, une olive et un morceau d’œuf. Super bon à chaque fois !

Et pour accompagner le tout, la Bolivie présente quelques vins de la région de Tarija tout au sud, non loin de Tupiza. Du soleil, de la bonne terre, une altitude décente et de la chaleur, ça devrait prendre ! Mais nous n'avons pas été convaincus, nous ne sommes sans doute pas tombés sur les meilleures bouteilles...

Côté géopolitique, la Bolivie est un pays globalement stable. Mais les Boliviens ne ratent jamais une occasion de rappeler qu'ils n'ont pas d'accès à la mer, et que les Chiliens ne leur font aucun cadeau sur le sujet. Sujet très épineux... Le Chili est vraiment leur "ennemi" n°1, et la Bolivie espère bien regagner un jour un accès au Pacifique.
Le président bolivien, Evo Morales, est très populaire dans les campagnes, sans doute moins dans les villes. Il a fait beaucoup pour désenclaver les villages isolés. On remarque des écoles partout et des centres de santé dans quasi chaque village, testés pour les points de suture de Vincent faits avec brio !


Enfin côté climat, il fait clairement chaud lorsque le soleil est là. On ne sera jamais descendus à moins de 3000m sauf à Sucre légèrement en-dessous, donc forcément il ne fallait pas s'attendre à se balader en short tous les jours. Cependant on a eu très beau temps, l'air est plutôt sec, et nous n'aurons pas souffert du froid. Par contre qui dit beau et sec (et venteux), dit poussière... Créboudiuuuu qu'est ce qu'on en aura respiré de cette foutue poussière pendant les trajets en bus et les randonnées... Depuis le Pérou, on commençait à en avoir vraiment marre, mais c'est vraiment pour trouver un truc à redire pour ne pas dire trop fort que la Bolivie c'est vraiment génial ! :-) 

Ah et côté douche pour ceux qui suivent le feuilleton ?! Et bien ce furent les mêmes qu'au Pérou : même scotch, même topo... Mais le plus dur devrait être derrière nous à présent, ouf !

On aimerait pouvoir garder toutes ces belles images intactes en tête à vie. On gardera de manière certaine d'excellents souvenirs de ce mois bolivien, on espère vous avoir vous aussi conquis un petit peu plus sur ce beau pays.

La bise bolivienne !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire